adoptez un chiot

Adopter un chiot
Quelques notions essentielles à connaître

Par Danièle Mirat, comportementaliste
www.communicanis.com

Les conditions de stimulation et développement précoce du chiot à l'élevage sont très importantes

Le rôle de l'éleveur est prépondérant pour le futur bon équilibre émotionnel et comportemental du chiot. La richesse en stimulations de toutes sortes au cours des premières semaines de vie du petit animal, l'initie à aborder sans stress toutes les situations qu'il sera susceptible de rencontrer plus tard avec sa famille humaine.

De quotidiennes manipulations douces et attentives des chiots par les éleveurs (et même d'autres personnes avec d'élémentaires précautions d'hygiène) les habituent à considérer positivement l'humain.

Être admis un peu dans les lieux d'habitation de l'éleveur, enrichit leur répertoire d'expériences précoces et les familiarise avec l'ambiance de vie humaine.

Pouvoir exercer leur motricité sur des aires de jeux simples (type toboggan) ou aller tous ensembles avec leur mère faire un petit tour dans la voiture de l'éleveur, ouvre les chiots à une confiance future face à la nouveauté.

Cette qualité de socialisation des chiots est à privilégier pour une prochaine acquisition, tout autant qu'une bonne qualité sanitaire de l'élevage.

Il faut beaucoup de temps et de patience pour faire d'un chiot un animal bien équilibré

Un chiot est réactif, spontané, curieux. De nombreux mois durant, surtout pour des grandes races de molosses à maturité tardive, il se montre d'un naturel distrait, maladroit, inconstant et étourdi.

C'est toute la fougue de sa jeunesse qui a besoin d'être canalisée, pour que le jeune chien puisse devenir ce compagnon agréable qui sait ce que l'on attend de lui.

Comment saura-t-il bien se comporter en famille et en société, sans la disponibilité et les qualités d'indulgence, d'adresse, de patience et de constance de ses maîtres ?

Disponibilité : parce qu'un chiot n'apprend rien quand il est laissé seul et inactif des journées entière !

Adresse : parce que si l'on ne sait pas bien apprendre à son chiot, il n'en sera pas responsable !

Indulgence et patience : parce que l'on ne peut jamais exiger d'un jeune chien qu'il fasse bien du premier coup !

Constance : car si l'on n'est pas capable soi-même de cette qualité, comment l'exiger d'un chien immature et en quête de repères !

Initier d'abord la confiance et devenir de parfaits instructeurs, sont donc les deux premières tâches du nouvel acquéreur d'un chien, pour que celui-ci puisse apprendre petit à petit à adapter ses comportements à la vie quotidienne des humains

Y a t-il des races gentilles et des races méchantes ?

Attention à ce pas franchi par certains, qui prétendent que « les agressives » sont surtout les races de molosses.

Tout est une question d'individus et pas de races. Qu'il y ait davantage de forts tempéraments dans les races molossoïdes, avec des mâles plutôt sourcilleux face à d'autres mâles, c'est indéniable. La possession de tels chiens invite d'ailleurs leurs maîtres (et bien sûr ceux aussi des plus petites races) à être très avertis que toutes les étapes du développement de l'animal sont importantes pour en faire « un gentil » ou pas.

C'est depuis la qualité du vécu prénatal + une bonne socialisation du chiot aux espèces canine et humaine chez l'éleveur + une soigneuse éducation et une bonne communication que l'on façonnera un chien adulte et équilibré (molosse ou non!).

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×